S.C.I. Mystery : quand « psychologie » rime avec « ennui »

S.C.I. Mystery

Bai Yutong (Gao Han Yu) est le directeur du S.C.I., une unité spéciale de la police vouée à enquêter sur les affaires les plus compliquées. Zhang Yao (Ji Xiao Bing), psychologue de génie, rejoint l’équipe pour lui apporter son expertise. Ces deux hommes que tout oppose sauront-ils travailler ensemble pour faire la justice ?

Bon, écoute. Si tu as peur des fantômes, je les chasserai avec toi, ok ?

S.C.I. Mystery

Je ne le cache pas, S.C.I. Mystery figure encore au tableau de chasse de ma timeline twitter. Adaptée du roman BL du même nom, la série a quelques points forts, mais échoue finalement à proposer un tout solide et cohésif.

Power Couple

Sans surprise, ce que j’ai préféré dans S.C.I. Mystery, c’est indubitablement les deux protagonistes et leur relation. Il s’agit encore une fois d’un drama dans lequel on ne peut douter de la véritable nature de leurs sentiments l’un pour l’autre, même si la censure a fait œuvrer sa « magie » ici et là.

De fait, la production a vraiment joué sur les contrastes entre eux : noir et blanc, extraverti et introverti, sérieux et malicieux… En fait, ils m’ont un peu rappelé Shen Wei et Zhao YunLan, dans Guardian.

Rivaux, meilleurs amis, égaux, amants… On peut accorder nombre de qualificatifs à Bai Yutong et Zhan Yao. Toujours est-ils qu’ils font d’excellents partenaires, et que c’est très sympathique de les voir évoluer ensemble.

La boulette…

En revanche, je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout aimé le personnage de Bai Xin Tang (Wang Mei Ren), sœur de Bai Yutong. Le scénario tente de faire passer sa… forte personnalité pour une maladie mentale, sauf que son comportement est typique du personnage macho et dominateur que l’on retrouve si souvent dans les BL. Il faut d’ailleurs souligner qu’elle est, d’après ce que j’ai compris, un homme dans le roman, ce qui explique beaucoup de choses, car son attitude correspond point par point à tout ce que je déteste retrouver dans les danmei.

Ainsi, elle pique des crises de jalousie à tout va, suit partout le malheureux objet de son affection, interrompt ses rendez-vous galants, et boit comme un trou en se lamentant sur son sort dès que Gongsun essaie de remettre un peu de distance entre eux.

Non, vraiment, impossible de la soutenir, ni d’aimer cette pseudo-romance.

Magique magicien

Celle qui est, en revanche, sous-entendue entre le cousin timide de Bai Yutong, Bai Chi (Jiang Long), et le magicien Zhao Zhen (Hu Xiao Ling), m’a conquise d’emblée… ou presque. Zhao Zhen, l’œil malicieux et le sourire aguicheur, n’a de cesse de taquiner l’infortuné Bai Chi, dont les moues et l’attitude effacée sont tout bonnement adorables.

Toute embryonnaire qu’elle soit, j’ai vraiment aimé cette relation, simplement parce qu’elle était assez saine et équilibrée : Zhao Zhen respecte Bai Chi et le trouve clairement adorable, tandis que Bai Chi n’hésite pas à se mettre en danger pour le sauver.

(Ou en tout cas, c’est ce que je veux croire, car j’avoue avoir été gênée par endroits par les taquineries de Zhao Zhen, qui témoignaient d’un passif de victime et bourreau entre les deux lorsqu’ils étaient enfants. J’ai eu l’impression, cependant, que c’était plutôt du passé.)

Pourquoi pas

L’intrigue elle-même tourne autour des crimes d’ordre psychologique, avec l’hypnose comme grande coupable. Étant de nature assez sceptique quand il s’agit de ce genre de chose, j’avoue n’avoir pas vraiment accroché à cette partie-là de S.C.I. Mystery.

Par ailleurs, les enquêtes ne m’affectaient pas plus que cela, d’où un manque d’investissement de ma part qui m’a menée à arrêter les frais seulement 5 épisodes avant la fin. Une décision probablement affectée par une réalisation souvent sur-dramatisée…

Ok, ça, c’était mignon, quand même…

Titre : S.C.I. Mystery

Nationalité : Chinoise

Avec :  Gao Han Yu, Ji Xiao Bing, Jiang Long, Hu Xiao Ling

Date de diffusion : 26/06/2018 au 19/07/2018

Nombre d’épisodes : 24

Genres : Policier, Mystère, Psychologie

Le verdict :★★☆☆☆

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire