Stairway to Stardom : la route de la gloire est semée d’embûches

Stairway to Stardom
Stairway to Stardom Poster

Su Cheng (Song Yi) rêve de devenir actrice, mais la route du succès est semée d’embûches. Alors qu’elle tente de survivre à la jalousie de ses rivales, elle doit également compter avec Duan ChengXuan (Push Puttichai Kasetsin), son patron puéril et orgueilleux.

Tu es arrogant, narcissique, coincé et énervant, mais je t’aime quand même. Je dois être dingue, moi aussi.

Stairway to Stardom

Après le déluge d’émotions que fut The Untamed, j’avais vraiment besoin de quelque chose de complètement différent pour m’en remettre. Spoiler : c’est un échec total et je suis toujours accro. Mais ! Si Stairway to Stardom ne mérite certes pas l’oscar du drama de l’année, il n’était pas dénué d’intérêt, au point que je me suis surprise à caler des épisodes dans le bus et à ma pause déj’.

Si la série frôle l’ennui de temps à autre, elle parvient néanmoins systématiquement à se rattraper au dernier moment. De fait, le personnage principal masculin se montre extrêmement frustrant en de multiples occasions, car son caractère immature le mène à embêter Su Cheng avec une insistance qui manque de peu le qualificatif de harcèlement.

Pourtant, ce qui permet finalement au spectateur de se ranger dans son camp et de lui vouer une certaine affection, c’est bien l’authenticité absolue qui le caractérise. Oui, il est puéril. Mais voilà : cet homme ne se cache pas. Il dit ce qu’il pense, fait ce qu’il veut, quand il le veut. C’est un abruti de première par moments, pour rester polie, mais au final, son histoire personnelle offre une explication solide à ce comportement, et il montre encore et encore qu’il est capable de ne pas franchir les limites.

(Par ailleurs, il faut avouer que Push Puttichai est d’une expressivité impressionnante.)

Pusch Puttichai Kasetsin in Stairway to Stardom

Su Cheng, une héroïne surprenante

Cette dynamique était sur le point de commencer à m’ennuyer ferme, quand voici que Su Cheng se lève et prouve qu’il y a bien encore de l’espoir pour Stairway to Stardom. J’ai été particulièrement impressionnée par une scène au cours de laquelle elle démontre son indépendance et son estime d’elle-même, en interpellant un homme trop lâche pour oser faire face aux sentiments qu’elle lui porte. « C’est mon problème si je t’aime, » déclare-t-elle, les yeux baignés de larmes et la tête haute, « pas le tien ! ».

Même entourée d’abrutis arrogants, même quand sa vie s’écroule à cause des complots de ses ennemis, Su Cheng reste droite et déterminée, refusant de s’incliner. Alors que les hommes qui l’entourent disposent d’une fortune et d’un pouvoir dont elle ne peut que rêver et pourraient détruire sa carrière, elle ne se laisse pas intimider, continue d’avancer, et surtout… Surtout, elle rend coup pour coup.

Ces scènes dans lesquelles Su Cheng s’affirme sont vraiment très belles.

D’un autre côté, je dois avouer que sa candeur et sa bonté m’ont parfois un peu agacée, surtout quand elle s’obstinait à faire confiance à des personnes qui l’avaient déjà trahie à de multiples reprises… Mais bon, personne n’est parfait.

Un bon jeu pour un message fort

Les acteurs comme leurs doubleurs ont ici fait un excellent travail. Les scènes de larmes sonnaient comme de vrais sanglots, pour une fois, plutôt qu’une espèce de gémissement de bête blessée, et Zhong Dan Ni campe une Liu Mengtian particulièrement convaincante.

Zhong Dan Ni as Liu MengTian in Stairway to Stardom

Si je m’attendais à 40 épisodes de crêpage de chignons entre actrices-en-devenir, je suis tombée de haut quand sont venus la fille qui vend son corps au premier piston venu, le chanteur étouffé par son impresario qui descend les pilules de prozac comme des bonbons, ainsi que les voltes magistrales de l’opinion publique…

Stairway to Stardom avait indubitablement un message à faire passer, et n’avait pas peur d’y mettre les moyens. Je n’évolue pas dans ces cercles-là, grâce au ciel, mais la série parvient tout de même à passer comme une grosse claque, exposant les terribles difficultés des artistes qui luttent pour obtenir—et garder—la célébrité.

Yan Xi in Stairway to Stardom

Yan Xi

Je l’avoue, j’ai fini le drama avec un gros, gros béguin pour ce garçon. Il me faisait vraiment quelque chose.

N’est-il pas adorable ? Regardez-moi ce sourire ! *soupir*

Yan Xi as Yan Chufei in Stairway to Stardom
Beautiful cinnamon roll too good for this world, too pure.

Production : Peut mieux faire

Comment dire.

La première fois que le personnage principal masculin a ouvert la bouche, j’ai failli tout arrêter. Ce n’est même pas le manque de synchronisation qui me gênait—l’acteur ne parle clairement pas chinois, donc les mouvements de ses lèvres ne correspondent pas du tout à ce que l’on entend—mais plutôt la qualité métallique de son doublage.

Je veux dire par là que la qualité du son va et vient. Deux personnages s’enlacent, leurs voix sont étouffées. Ils se tiennent immobiles, et l’on entend des bruits de plastique froissé. Duan ChengXuan s’exprime dans une pièce pleine de monde, et on l’entend parfaitement bien, comme s’il était… dans… un…studio…

Non, vraiment, ce n’est pas terrible. J’ai eu des flashbacks de Devil Beside You, que j’ai vu il y a bien dix ans…

De plus, je n’ai pas du tout adhéré à l’étrange filtre blanc imposé aux scènes importantes : il rendait parfois difficile de distinguer ce qu’il se passait à l’écran, c’était assez agaçant.

Ce que j’ai aimé, en revanche, ce sont les petites scènes style jeu vidéo qui représentaient les progrès de Su Cheng, ou les films qu’elle se faisait dans sa tête. Certaines étaient vraiment mignonnes, et donnaient à la série une dimension fraîche et légère.

Pusch Dancing in Stairway to Stardom

Mention spéciale

…à cette hilarante chanson, dont les paroles me font rigoler à chaque fois.

Mon Dieu, faites qu’il ne vienne pas

Je ne veux surtout pas voir ta tête

Je ne comprends pas qu’on puisse être aussi insupportable

[…]

Tu es un idiot, toujours un idiot

Tu as le QI d’un enfant de 3 ans

Tu mets le bazar partout, tu ne réfléchis pas

Et tu as le QE d’un enfant de 3 ans

Stairway to Stardom
Song Yi and Pusch Puttichai Kasetsin in Stairway to Stardom

En bref

Si Stairway to Stardom avait indubitablement ses défauts et pourrait bien avoir été raccourci de quelques épisodes (j’admets que j’ai passé beaucoup de scènes en avance rapide), il demeure l’un des meilleurs dramas dont l’histoire se déroule au sein du monde du spectacle. Pourquoi ? Parce que si la romance en était une part importante, elle n’était pas le pilier de la série. Su Cheng, rappelons-le, rêve de devenir actrice, pas de se marier et d’avoir des enfants.

En conséquence, la série porte l’emphase sur sa carrière, offrant même des scènes entières de dramas fictifs sur lesquels elle est amenée à travailler. Pour être franche, je me suis surprise à beaucoup m’investir dans la relation de son personnage avec le roi-dragon dans Encounter with the Dragon. Je regrette que ce ne soit pas un drama existant, parce que j’aurais vraiment aimé le regarder…

Dommage, mais un bon moment.

Yan Xi and Song Yi in Stairway to Stardom

Titre : Stairway to Stardom

Nationalité : Chinoise

Avec :  Song Yi, Push Puttichai Kasetsin, Zhong Dan Ni, Yan Xi, Orlando Bloom

Date de diffusion : 09/07/2017 au 28/07/2017

Nombre d’épisodes : 48

Genres : Romance

Où le voir : Youtube

Le verdict :★★★☆☆

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire