The Silent Criminal

Lorsque l’arme la plus puissante du royaume est volée à son gardien, le meilleur enquêteur de la capitale, Shi Jing Yao (Li Jia Ming) fait équipe avec le taciturne garde impérial Long Yao (Wen Sheng) pour en retrouver la trace avant qu’elle ne puisse être utilisée à des fins néfastes.

Vous aurez beau vivre dans un palace, si personne ne vous attend, cela n’a aucun intérêt.

The Silent Criminal

Quand ils ont commencé la promotion de The Silent Criminal, j’ai su tout de suite qu’il ne faudrait pas s’attendre à grand-chose. Pourquoi ? Tout simplement parce que le tout premier poster montrait fièrement l’un des deux personnages principaux couché sur l’autre, leurs visages à dix centimètres l’un de l’autre. Autant dire qu’ils visaient clairement un certain public. Ce qui serait excusable si le scénario était adapté d’un roman BL ou s’il avait l’intention de tenir ses promesses, mais ce n’est ici pas le cas. C’est donc du queerbaiting pur et dur, juste pour le fun.

J’aurais pu le leur pardonner. J’aime bien l’acteur Li Jia Ming, qui jouait le dieu Yun Feng dans Love and Destiny, et j’était contente de le retrouver ici dans un rôle principal. Et puis si la « bromance » était bien montée, alors pourquoi pas.

Une bromance ? Où ça ?

Hélas, mon instinct s’est révélé juste. Avec seulement 13 épisodes, la bromance se révèle plus que bancale, inexistante. Certes, la série nous gave de gestes typiquement réservés aux couples (toucher de menton, allusions répétées, petits sourires, personnages qui s’asseyent pratiquement l’un sur l’autre en permanence, etc.), mais ils ne vont pas du tout avec les personnages et leurs actions. De fait, Long Yao et Shi Jing Yao n’ont absolument rien, mais alors rien en commun, que ce soit leurs valeurs, leurs compétences, ou leurs origines. Les trois-quarts du temps, on a plutôt l’impression que Long Yao tolère péniblement Shi Jing Yao.

La déception

D’ailleurs, et je l’avoue volontiers, je comprends très bien son agacement. Shi Jing Yao est un vrai boulet. Bien qu’on nous répète sans cesse qu’il s’agit du meilleur enquêteur de la capitale, j’ai peine à y croire tant il est idiot, cupide et inutile. Les trois-quarts de « l’humour » de la série, si tant est qu’on puisse le qualifier de tel, viennent de sa stupidité.

Ce qui serait pardonnable si seulement il compensait de temps en temps par quelque chose d’autre, quelque chose d’aimable et d’unique. Souvent, ce genre de personnage montre une grande empathie envers son prochain et adoucit les propos trop brusques de leur partenaire intelligent mais socialement inepte. Ou alors, au contraire, ils étalent leurs machinations sur le long terme. J’étais persuadée, au début, qu’il avait un plan et manoeuvrait en douce, tout en se faisant passer pour un imbécile, mais quelle déception quand je me suis rendu compte qu’au final, il est juste… comme ça.

Le potentiel gâché

En plus de laisser se perdre le potentiel de ce personnage, The Silent Criminal semble prendre un malin plaisir à rassembler des éléments prometteurs pour ensuite les maltraiter, au point que c’en est rageant. Je ne peux pas développer de peur de spoiler, mais il y avait les bases pour une histoire géniale, et ils ont vraiment tout gâché.

Ce pauvre Li Jia Ming ne méritait vraiment pas ça.

Et en plus…

…c’est mal écrit. Oui, car entre les personnages qui reviennent à la vie tous les quatre matins, les triangles amoureux (oui, car il n’y en a pas un mais deux, youpidou !), et les actes du grand méchant qui se révèlent finalement n’être qu’un vaste malentendu… Il n’y a vraiment rien à sauver dans ce drama.

Bref…

Entre une intrigue convenue, des personnages idiots et une production bon marché malgré une photographie passable, The Silent Criminal se démarque par un éclatant gâchis et réussit, malgré ses 13 épisodes (un nombre remarquablement restreint, pour un drama chinois), à traîner en longueur.


Titre : The Silent Criminal

Nationalité : Chinoise

Date de diffusion : 09/11/2020

Avec : Li Jia Ming, Wen Sheng, Fu Shu Yang

Nombre d’épisodes : 13

Genres : Historique, Fantasy, Bromance

Ma note : ★☆☆☆☆

2 Comments

Laisser un commentaire